Au cours de son histoire, la terre n'a cessé de changer de visage, redessinant perpétuellement ses contours. C'est le savant allemand Wegener qui fut le premier à formuler la théorie de dérive des continents au début du 20ème siècle. Aujourd'hui, la théorie de tectonique des plaques intègre l'ensemble des observations de la structure du globe, fournissant ainsi une explication globale de la mobilité des plaques au sein de l'écorce terrestre.

Les régions polaires, ces milieux extrêmes centrés sur les pôles Nord et Sud, ont chacune leur spécificité; l'Arctique apparaît comme un océan bordé de continents tandis que l'Antarctique est un immense continent gelé, ceinturé d'océans.

Communiqué de presse du colloque « Les régions polaires, des régions en mutation ».

Programme du colloque

Invitation

Les carottes de glace prélevées aux pôles sont les témoins privilégiés du passé climatique de notre planète. Elles renferment notamment de minuscules bulles d'air, qui sont autant d'échantillons de l'atmosphère terrestre au cours de son histoire. En forant ainsi à grande profondeur dans les calottes polaires et en analysant des glaces de plus en plus anciennes, les scientifiques ont pu démontrer qu'il était possible de reconstituer les conditions environnementales du passé. Ces archives ont également permis de confirmer la relation étroite existant entre l'évolution de la température et les teneurs des principaux gaz à effet de serre (gaz carbonique et méthane essentiellement). Or mieux comprendre les climats anciens, c'est aussi mieux pouvoir évaluer les changements à venir...

L'histoire du climat de la Terre est faite de rebondissements : nombreux sont les incidents climatiques qui ont marqué son passé. S'il n'est pas simple de retracer sa ligne du temps, tant la variabilité du climat semble toujours avoir largement prédominé, géologues et paléoclimatologues ont toutefois pu mettre en évidence deux modes entre lesquels le climat de la Terre a toujours oscillé : des périodes froides, dites glaciaires et des périodes chaudes, dites interglaciaires.

Si les premières sont synonymes de vastes calottes de glace, débordant depuis les pôles sur les régions tempérées, les secondes sont en revanche caractérisées par une fonte rapide des glaces et une hausse résultante du niveau marin global. Au regard de l'extrême froidure qui règne à présent sur chacun des pôles, arrêtons-nous un instant sur ces grands moments de froid qui ont marqué l'histoire de notre planète.