Accueil » En établissements » Ham – Collège Victor Hugo

Ham – Collège Victor Hugo

Ham – Dynamiser les apprentissages d’enfants de milieux défavorisés avec le projet COP 21

Christian Duplessier, principal du collège Victor Hugo de Ham:
L’école, le collège et le lycée de Ham (Somme), en milieu semi-rural, scolarisent des élèves de milieux défavorisés pour lesquels donner du sens en termes d’apprentissages est primordial. C’est pourquoi ces établissements scolaires ont choisi de s’impliquer dans le projet Climat/COP 21 de l’académie d’Amiens : appréhender une thématique concrète (des effets du réchauffement climatique à sa cause), mais aussi apprendre aux élèves à s’ouvrir par le biais de liaisons école-collège et collège-lycée, à tisser des partenariats nécessaires pour travailler en réseau dans le cadre d’une démarche de projet motivante.

M. Thierry van Elsen, enseignant de physique-chimie dans ce collège, intègre ce projet dans les programmes de son enseignement (autour de la combustion en 4e par exemple) mais le transforme pour les élèves en objet de recherche (par internet) et de projet dans un atelier scientifique et technique.

Le projet

Après avoir étudié les causes du réchauffement climatique ( énergie, transport, agriculture, habitations, …), les élèves ont décidé de s’orienter vers l’agriculture très présente dans le Santerre.
Ils ont alors imaginé modifier les plaines actuelles constituées de parcelles de plus en plus grandes.
Après avoir étudié le bilan carbone nul sur la croissance des plantes, (le dioxyde de carbone capté lors de la croissance des plantes est rejeté lors de sa combustion ), ils ont imaginé planter des haies pour séparer les cultures du Santerre.
Les intérêts de ces haies sont multiples :
– Meilleurs tenues des sols.
– Biodiversité.
– Limiter la propagation du vent.
– Produire du bois pour alimenter des chaudières de proximité à la place de chaudières au pétrole.

Les élèves étudient donc quantitativement la combustion du carbone, puis de différentes essences de bois afin de déterminer la quantité de dioxyde de carbone capté et rejeté, et aussi l’énergie produite lors de ces combustions.

De même ils vont devoir estimer quel temps sera utile aux haies pour pousser et être récoltées, puis déterminer le nombre de kilomètres de haies possibles dans le Santerre, en le quadrillant à l’échelle, et ainsi déterminer le nombre de chaudières à bois pouvant fonctionner grâce à cette production.
Enfin ils devront ainsi estimer la quantité de fioul non brûlé par ces chaudières, et donc la quantité de dioxyde de carbone qui ne sera pas ajouté dans l’atmosphère.